ACO France - Action catholique ouvrière
https://acofrance.fr/Fete-de-Paques?lang=fr
      Fête de Pâques

Fête de Pâques

Dimanche 12 avril 2020, Fête de Pâques, texte proposé par Daniel Vannier


Ce matin, dimanche de Pâques, tout est bizarre. Nous sommes confinés et malgré cet état, certains prennent leur aise. Juliette, le chat de notre fille Marie se prélasse dans son couffin et dehors, un corbeau bien noir a le culot de picorer quelques bouts d’herbe sur la pelouse éclatante de mille petites pâquerettes. Quel contraste en ce jour béni. Des amis, de vrais amis sont malades, d’autres sont partis et mis dans le cercueil à la va vite avec pour seul maigre consolation, une cérémonie d’adieu réduite à son plus stricte minimum comprenant au maximum 20 personnes. Ce fut le triste sort de deux parents et d’un ami. Et puis la dure destinée de notre voisine Nicole. Nicole vient de l’Hôpital dans l’attente d’un diagnostic qu’elle craint. Notre maman de 94 ans sait elle aussi que ses enfants ne viendront pas. Confiné, je suis, tu es, nous sommes confinés. A Cleunay, les rues et l’église St Clément resteront désertes. Ses pasteurs qui ont quitté l’Afrique pour nous rejoindre célébreront la fête de Pâques sans leurs paroissiens, une première à marquer dans les annales. La faute à ce fichu« coronavirus » qui décime la planète. Après les insectes que les hommes ont tué à coup de pesticides et de remembrement, c’est au tour des hommes de disparaitre à petits feux. Que diable, nous avons pourtant l’arme atomique qui peut détruite plusieurs fois la planète, les meilleurs joueurs de football, les plus grands professeurs de médecine, un système bancaire ultra-performant ! et pourtant, rien n’y fait. Ce fichu virus nous foudroie subrepticement. Le salut ne viendrait-il pas des petites mains, de ceux que jamais on entend, par exemple les aides-soignantes, les maçons, les chauffeurs ou encore les agricultrices etc… Mais des régimes autoritaires de type Chinois nous assurent le contraire, chez eux le virus est éradiqué par des mesures drastiques d’enferment oh pardon de confinement. Parmi ceux-ci, citons le plus grand, le plus beau, le régime Chinois. Ce dernier cache ses 60 000morts à Wuhan et tait les disparitions des médecins et journalistes qui ont tiré la sonnette d’alarme dès décembre dernier. Les disciples de Jésus, eux aussi ont peur. Ils se terrent. Les femmes qui ont assisté Jésus jusqu’à sa mise en Croix leur annoncent pourtant sa résurrection. Sont-elles digne de recevoir notre confiance quand Jérusalem est bouclé par l’armée romaine et que les pharisiens et le grand prêtre s’acharnent sur ceux et celles qui ont cru en Jésus ! Ne vaut-il mieux pas resté confiner et attendre ? Comme l’apôtre Thomas, je suis, comme lui j’agis timidement. La nouvelle des femmes n’est qu’une bonne blague. Jésus est mort, point final ! Sur leur croix le bon larron a confiance, le second est désespéré. Pouvons-nous lui jeter la pierre alors qu’il souffrait le martyr sur sa propre croix ? Pâques en ce temps de confinement, ce sont des petits gestes, des messages reçus et donnés. Face à nous, une bougie allumée scintillait tendrement. Nous regardions sa flamme vacillante. Comme une mère, elle berçait intérieurement les profondeurs de notre être. Comme le soleil qui ressuscité au matin, elle nous montrait le chemin de Jérusalem, A l’horizon sur un arc en ciel se dessinait l’heureuse nouvelle des femmes qui ont suivi ta passion. « Jésus plus fort que toute mort, tu es vraiment ressuscité ». Daniel Vannier

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Contacts locaux