ACO France - Action catholique ouvrière
https://acofrance.fr/Synode-pour-l-Amazonie-declaration-des-mouvements-populaires
      Synode pour l’Amazonie : déclaration des mouvements populaires

Synode pour l’Amazonie : déclaration des mouvements populaires

A l’occasion du Synode pour l’Amazonie, des représentants des mouvement populaires (la brésilienne Gilvania Ferreira et le vénézuélien Jarvaz Ruiz, représentants des mouvements populaires de la région amazonienne ; et l’espagnole Charo Castelló, membre du comité organisateur des Rencontres Mondiales des Mouvements Populaires en dialogue avec le pape François) ont remis une déclaration au cardinal Pedro Barreto, président délégué de l’Assemblée spéciale du Synode.


Ce document est le résultat des échanges et des décisions prises lors de la réunion des 1 et 2 de septembre à Guararema (Brésil), au cours de laquelle ont participé des représentants de mouvements populaires d’Argentine, du Brésil, de Colombie, d’Equateur, du Nicaragua, du Paraguay, du Pérou et du Venezuela. Ces mouvements rassemblent et organisent des travailleurs exclus, des paysans indigènes, des travailleurs chrétiens, des travailleurs ruraux sans terre, des travailleurs agricoles, des militants pour les droits de l’homme et pour la défense du territoire.

A l’Assemblée spéciale du Synode des évêques pour la région Panamazonienne :
Nouveau chemins pour l’Eglise et pour une Ecologie Intégrale.

Chers frères :
A partir de l’engagement pour la défense de la Mère Terre, la souveraineté populaire et le Bien Vivre (Buen Vivir) nous, mouvements populaires, artistes et intellectuels du monde, préoccupés par la situation de destruction qui s’accentue en Amazonie, territoire de vie, de culture et de peuples en résistance, nous saluons avec enthousiasme l’Assemblée spéciale pour la Région Panamazonienne du Synode des Evêques, convoqué par le Pape François au Vatican du 6 au 27 octobre 2019.

Un processus d’appropriation et d’exploitation des territoires

La région amazonienne est au centre d’un débat de sens et de projets économiques et sociétaux opposés, au milieu d’une crise socio-environnementale systémique. Le processus d’appropriation et d’exploitation de territoires et de biens communs est marqué par l’avancée de l’agro-industrie, l’exploitation minière et pétrolière et les grands projets d’infrastructures qui leurs sont associés. Derrière tout cela nous reconnaissons la présence des entreprises transnationales, du capital financier et de l’industrie militaire qui cherchent à imposer leurs intérêts économiques au dessus des modes de vie des peuples amazoniens.
L’intensification de ce projet s’exprime par la déforestation, l’occupation illégale des territoires pour l’exploitation des biens naturels et par l’expulsion des peuples indigènes et des paysans. Pour rendre possible tout cela la violence, les fondamentalismes, le racisme, la criminalisation des organisations populaires, la persécution et l’assassinat de leurs dirigeants sont légitimé. Les incendies provoqués comme ceux qui nous ont tenus en alerte le mois dernier son la conséquence de l’importante régression quant aux cadres de protection socio-environnementales.

Propositions

Face à ces défis, nous saluons les courageuses propositions de l’ Instrumentum Laboris, document que nous savons avoir été fidèlement élaboré à partir de l’écoute des peuples de l’Amazonie. Nous voulons souligner particulièrement les propositions suivantes :

● Nous encourageons une Eglise qui chemine avec les peuples, qui agit et réagit en défense des droits et de l’Amazonie. En se sens, nous voulons mettre en avant l’esprit de dénonciation contre le modèle prédateur et exploiteur du bien commun comme cela est exprimé dans l’Instrumentum Laboris.
● Nous exprimons notre accord pour dire avec vous que la défense des droits territoriaux des peuples indigènes est la condition indispensable pour avancer dans une perspective politique du Bien Commun, du Bien Vivre et à la suite d’une Ecologie Intégrale.
● Nous célébrons aussi votre prise de position pour l’agro-écologie, l’agriculture familiale paysanne et indigène, communautaire et agro-forestière, qui son des chemins indispensables pour atteindre la Souveraineté Alimentaire.
● Nous voulons valoriser, à vos côtés, la promotion d’une nouvelle conscience écologique dans la perspective du Bien Vivre qui nous permettra de dépasser une culture marquée par le consumérisme, le rejet, les féminicides et l’écocide.

Afin de soutenir votre travail et de cheminer avec vous nous réaliserons les actions suivantes durant le temps de ce synode :
1. Journée d’Action Globale “Amazonie, Résistance et Vie”, du 12 au 18 octobre
2. Mobilisation pour la journée mondiale de la Souveraineté Alimentaire le 16 octobre
Nous nous engageons à prendre ensemble ce chemin, dont ce synode est une partie importante, pour l’expression d’une communauté solidaire qui répond à la situation globale d’injustice, de pauvreté, de violence et d’exclusion en Amazonie. Nous en souhaitons les meilleurs fruits pour une Eglise en chemin avec le peuple.
#TierraTechoTrabajo
#AmazoníaResistenciayVida
***
Coordination latinoaméricaine des organisations rurales
Mouvement mondial des travailleurs Chrétiens (MMTC)
FENOCIN - Equateur
Mouvement des travailleurs ruraux sans terre – Brésil
Mouvement national paysan indigène – Argentine
FENSUAGRO – Colombie
CONIC – Brésil
FASE
La Junta – Pérou
Mouvement amazonien 27 octobre – Venezuela
ONC – Paraguay
CRBZ – Venezuela
CONTAG – Brésil
FEDAEPS – Equateur
Missionnaires de François
Mouvement Evita
MTE - Argentine

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?



Autour de nous

Contacts locaux