ACO France - Action catholique ouvrière
https://acofrance.fr/La-situation-de-la-pandemie-en-Republique-Centrafricaine?lang=fr
      La situation de la pandémie en République Centrafricaine

La situation de la pandémie en République Centrafricaine

Un regard mondial sur la crise sanitaire

La crise sanitaire que nous traversons actuellement est une crise mondiale. A l’ACO nous considérons que la dimension internationale fait partie de la vie de notre mouvement c’est pourquoi nous vous proposons ce témoignage de Joseph Roméo Ngatte, vice-président du Mouvement des travailleurs chrétiens (MTC) de Centrafrique.


Depuis le déclenchement de la pandémie à coronavirus en Chine, la République
Centrafricaine a commencé à faire face à cette situation à partir de Mars 2020. Tous les cas déclarés de la pandémie à coronavirus sont toujours annoncés par le Ministre de la Santé, Docteur Pierre SOMSE, à travers des séries de communiqués de presse. Neuf (09) cas au total ont été déclarés à ce jour et guéris selon le Ministère de la Santé qui n’a jamais précisé quel protocole les médecins ont utilisé pour diagnostiquer les maladies, les traiter et les guérir.

C’est à partir de la gravité des cas enregistrés que les autorités politiques ont commencé à prendre les mesures préventives et surtout inviter la population à signaler des cas de toute personne présentant la fièvre, la toux ou difficultés respiratoires avec une notion de séjour dans un pays en épidémie ou en contact avec une personne ayant séjourné dans un pays à épidémie. Parmi ces mesures, figurent l’implantation des dispositifs de contrôle à l’Aéroport Bangui Mpoko, la fermeture des boîtes de nuit, l’interdiction des salutations à la main et les accolades. Pour garantir une proximité avec la population, le Ministère de la Santé a instauré un numéro vert 1212 pour des cas d’urgence.

Il convient de préciser en passant que le pays manque de moyens robustes pour faire face à une telle situation de pandémie. Le Centre national de prise en charge installé dans l’enceinte de l’hôpital de l’Amitié à Bangui ne dispose en effet que de 15 lits, pour le moment, grâce à l’appui de l’OMS. Le niveau économique et social de la majorité de la population ne lui permet pas de se procurer des kits de protection et encore moins de supporter un confinement, puisque beaucoup de Centrafricains vivent grâce à leur travail quotidien.

Face à cette situation de crise sanitaire, le Président de la République Centrafricaine, le Professeur Faustin Archange TOUADERA, est intervenu à deux reprises pour inviter la population à plus de responsabilité face à cette pandémie à coronavirus. Il a mis l’accent sur les mesures d’hygiène dictées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour éviter la propagation du virus sur toute l’étendue du territoire national, la mise en quarantaine des personnes en provenance des pays touchés. En appelant au respect des mesures préventives contre le covid-19, le Président TOUADERA a recommandé les mesures suivantes :

-  le renforcement des mesures d’hygiène hospitalière et de protection des agents de santé et des professionnels de santé ;
-  la restriction des visites dans les hôpitaux ;
-  le renforcement de l’hygiène publique, notamment par l’installation des dispositifs d’hygiène dans les édifices publics pour le lavage des mains (bureaux, entreprises, lieux de cultes), la suspension des salutations à la main, interdiction des accolades, ... ;
-  l’interdiction des rassemblements de masse, foire, kermesses, évènements sportifs, deuils ;
-  la fermeture des boites de nuit, bars-dancing, cinémas et lieux de spectacle ;
-  le respect d’une distance d’au moins un mètre entre les personnes dans tous les lieux de rencontre ;
-  La réduction des personnes dans les véhicules de transport en commun (03 personnes pour les taxis ; 06 personnes pour les bus et 01 personne pour les motos).

Par ailleurs, le Président a renforcé les mesures précédentes par de nouvelles mesures complémentaires avec pour objectif d’empêcher ou de limiter la transmission locale. Il s’agit en effet de :

1. suspension des entrées en République Centrafricaine pendant une durée de 15 jours des voyageurs non centrafricains à l’exception des Diplomates, des ONG, en provenance des pays à transmission locale ;
2. fermeture de tous les établissements préscolaires, scolaires et universitaires pour une période de 15 jours renouvelable, si nécessaire ;
3. fermeture des buvettes, caves et dépôts et vente de boissons pendant une période de 15 jours renouvelable, si nécessaire ;
4. interdiction de rassemblement public de plus de 15 personnes pour une période de 15 jours renouvelable, si nécessaire ;
5. fermeture de l’aéroport pour une période de 15 jours renouvelable, à l’exception des vols commerciaux, humanitaires, cargos, des aéronefs en escales techniques sans débarquement des passagers ou des vols spéciaux autorisés ;
6. interdiction totale de sortir de son lieu de quarantaine à toute personne suspecte, sauf décisions médicales ;
7. obligation d’isolement pour les cas confirmés ;
8. prorogation de la période de la quarantaine et de confinement de 14 à 21 jours en fonction des données épidémiologiques ;
9. déclaration obligatoire aux autorités sanitaires de tout sujet suspect au Coronavirus ;
10. limitation des cérémonies de deuils de mariages, de dots à la stricte intimité familiale ;
11. restriction des mouvements de populations entre Bangui et les provinces. Cette mesure vise à prévenir la propagation de l’infection de la capitale aux provinces en cas de transmission locale à Bangui ;
12. mise en place des comités locaux de crise dans les provinces ;
13. suspension des cérémonies et cultes religieux regroupant plus de 15 personnes pour une période de 15 jours renouvelable.

Au niveau de l’Eglise catholique, en date du 17 Mars 2020, le Chef du département de la santé, Docteur Pierre SOMSE, a été invité par Son Eminence le Cardinal Dieudonné NZAPALAINGA, pour échanger avec les membres du clergé catholique, en la cathédrale Notre Dame Immaculée Conception de Bangui, autour de la pandémie mondiale dont la RCA figure parmi les pays touchés. Le ministre Pierre SOMSE a surtout insisté sur le fait que, le Coronavirus n’est ni un virus des chrétiens catholiques comme le dit certaine catégorie de la population puisque le premier porteur est un missionnaire catholique, ni un virus appartenant à quiconque. Il est certes question d’observer les règles d’hygiène et les mesures prises par le gouvernement et enfin maintenir la vigilance.

Le 21 Mars 2020, la Conférence Episcopale des Evêques de Centrafrique a pris des mesures préventives contre le CORONAVIRUS, pour renforcer les dispositifs nationaux, pour la pratique du culte à l’échelle national dans tous les neuf diocèses du pays. Il s’agit notamment de :

• l’abstention aux baisers de paix ;
• la communion des concélébrants par intinction ;
• la réception de la sainte communion uniquement dans la paume des mains ;
• la suspension de toute aspersion à l’eau bénite ;
• la suspension de l’usage des bénitiers à l’entrée des églises ;
• la vénération de la croix par inclination.

Toutes les activités pastorales et religieuses sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, à en croire le message des Evêques. Les célébrations eucharistiques sont diffusées en direct sur les stations radiodiffusions catholiques. Les programmes de ces radios sont profondément modifiés. Les prêtres, sœurs et laïcs animent des émissions autour de cette pandémie et sur les temps forts du carême, de la semaine sainte et de la Pâques.

En date du 31 Mars 2020, le Cardinal NZAPALAINGA a reçu à tour de rôle les Responsables des Mouvements, Fraternités et Groupes afin de leur expliquer les démarches de l’Eglise dans cette lutte contre la pandémie à coronavirus. Ces différentes audiences s’étaient déroulées dans le strict respect des règles d’hygiène observées en cette période.

Au niveau de la Plateforme de Confessions Religieuses de Centrafrique, des initiatives ont été prises pour accompagner la population en cette période douloureuse de la pandémie de covid-19. C’est ainsi qu’ils ont planifié l’organisation d’une journée de prière et de jeûne sur toute l’étendue du territoire. La journée retenue est le samedi 04 avril 2020. Et cette proposition a été soutenue par le Gouvernement qui a mis à contribution la télévision et radio nationales pour lancer des messages religieux. Toutes les stations radios privées, communautaires et religieux ont émis un programme commun pour marquer cette journée.

Au niveau du Mouvement des Travailleurs Chrétiens (MTC) de Centrafrique, nous nous conformons aux mesures prises par les autorités politiques ainsi que les directives de l’Eglise Catholique de Centrafrique. C’est à ce titre que nous avons immédiatement suspendu toutes les activités au niveau national tout en encourageant nos membres à vivre intensément dans la prière et à observer les dispositions préventives.

Dans le diocèse de Bambari singulièrement, au centre du pays, l’équipe locale du MTC de la paroisse St Sauveur de NGAKOBO a fait des démarches auprès de la Société de Sucrerie Centrafricaine qui est implantée dans cette localité, afin de doter la population des kits de protection, des seaux d’eau et savons. Ils ont obtenu un résultat satisfaisant et la gestion des dispositions préventives est assurée par les membres du mouvement qui travaillent également en collaboration avec l’équipe médicale de la ville.

En termes de communication, le MTC Centrafrique poursuit l’animation d’une émission sur la Radio Notre Dame. Et en cette période sensible, les thématiques tournent autour de la pandémie à coronavirus avec divers invités de toutes les catégories sociales.

Union de prière !
Christ Travailleur ! Louons-le !

Joseph Roméo NGATTE
Vice-Président National
Du MTC Centrafrique

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?



Autour de nous

Contacts locaux