ACO France - Action catholique ouvrière
https://acofrance.fr/Jour-13-du-deconfinement?lang=fr
      Jour 13 du déconfinement

Jour 13 du déconfinement


Pierre, qui était à Joppé, monta sur la terrasse, vers midi, pour prier. Il eut faim et voulut prendre quelque chose. Or, pendant qu’on lui préparait à manger, il tomba en extase. Il vit le ciel ouvert et un objet, semblable à une grande nappe nouée aux quatre coins, en descendre vers la terre. Et dedans il y avait tous les animaux et les reptiles, et tous les oiseaux du ciel. Une voix lui dit alors : "Allons, Pierre, tue et mange." Mais Pierre répondit : "Oh non ! Seigneur, car je n’ai jamais rien mangé de souillé ni d’impur !" De nouveau, une seconde fois, la voix lui parla : "Ce que Dieu a purifié, toi, ne le dis pas souillé." Cela se répéta par trois fois, et aussitôt l’objet fut remporté au ciel. Tout perplexe, Pierre était à se demander en lui-même ce que pouvait bien signifier la vision qu’il venait d’avoir, quand justement des hommes envoyés par Corneille, un païen, se présentèrent au portail. Ils appelèrent et s’informèrent si c’était bien là que logeait Simon surnommé Pierre. Comme Pierre était toujours à réfléchir sur sa vision, l’Esprit lui dit : "Voilà des hommes qui te cherchent. Va donc, descends et pars avec eux sans hésiter, car c’est moi qui les ai envoyés.” » Ac 10, 9-20

Curieuse expérience que celle de Pierre. Il est lui, le dépositaire du message du Christ, le témoin du Ressuscité, le chef de la première communauté. Pourtant il va faire l’expérience qu’il est loin de tout savoir, loin d’avoir tout compris. Dans cette aventure qui s’ouvre pour lui avec la demande de Corneille, il va aller de découvertes en découvertes, de dépassements en dépassements.

Curieuse d’abord cette histoire de nappe avec ses quatre coins ! Une nappe couverte des bestiaux les plus divers, et surtout de bêtes impures. Lui, un juif ne devait pas toucher à de telles nourritures. Et voilà que Dieu lui donne l’ordre de passer outre. Pierre découvre que maintenant plus rien n’est impur, ni souillé. Le chiffre quatre attribué à cette nappe évoque la terre tout entière, avec les quatre points cardinaux. Une manière d’exprimer que Dieu déclare qu’à priori rien n’est impur ou souillé sur cette terre. Bien sûr, ce n’est qu’un rêve, mais tout de même, il est troublé, perplexe ! Il connaissait les règles à suivre - celles de la Loi de Moïse - ; le voilà tout bouleversé.

Et ce n’est que le début. Car l’Esprit l’invite à suivre des hommes païens et à se rendre chez eux. Dieu ajoute même qu’ils sont ses envoyés ! C’est le monde à l’envers ! Lui, le messager de la Bonne Nouvelle, il doit suivre des infidèles et, qui plus est, aller chez eux, ce qui est strictement interdit à un bon juif, car pénétrer dans la maison d’un païen rend impur. Tiens, mais “impur”, ça ne lui évoque pas quelque chose ? Depuis l’enfance, il connait toutes ces règles, mais il doit aller au-delà, s’il veut répondre à l’appel de Dieu.

Le plus merveilleux vient ensuite : il se rend donc chez Corneille qui se jette à ses pieds. Mais Pierre lui dit : “Relève-toi. Je ne suis qu’un homme, moi aussi.” Autre façon de dire : “Je ne sais pas tout !” Et alors avec simplicité, il exprime que, grâce à eux, il est en train de découvrir une dimension nouvelle de l’évangile qu’il croyait connaître : “Dieu vient de me montrer, à moi, qu’il ne faut considérer aucun homme comme souillé ou impur.” Et plus loin, il ajoute : “Maintenant, je le comprends : Dieu ne fait pas de différences entre les personnes, mais en toute nation celui qui l’aime et pratique la justice lui est agréable… Il est lui le Seigneur de tous.”

Quelles découvertes pour Pierre et ce n’est pas encore fini ! Il faudra que l’Esprit-Saint lui force la main pour l’amener à baptiser Corneille et les siens et à les accueillir comme des frères. Puis à son retour à Jérusalem, soupçonné d’avoir été trop loin, il devra s’expliquer longuement avec sa communauté. Expériences multiples où il est obligé de reconnaître qu’il a encore beaucoup à découvrir, lui qui est pourtant un des principaux dépositaires de la Bonne Nouvelle. La rencontre de Corneille et des siens l’a amené à discerner de nouvelles perspectives au cœur même de sa foi.

Les événements, que nous vivons actuellement, nous laissent, nous aussi, perplexes comme Pierre. Qu’est-ce que l’Esprit veut nous faire découvrir ? Où nous emmène-t-il ? La tentation existe de refuser de ce bouleversement, sans vouloir accueillir quoi que ce soit de nouveau. J’ai l’impression d’avoir atteint un certain niveau, de posséder un savoir qui me confère une stabilité et un véritable équilibre. Même si ce n’est pas une nappe venue du ciel qui vient troubler mon univers, que faire de cette histoire de virus pandémique ? Vivement que cela arrête pour que je reprenne mes habitudes. C’est pour ne pas en rester là, qu’il est bon de tenter un petit bilan.

Mais cette tentation guette aussi l’Eglise, qui gagnerait à s’appliquer ce principe : “tu ne sais pas tout ! Tu n’as pas tout compris !” Tu as donc beaucoup à recevoir, à apprendre des événements et des autres. Comme Pierre, s’apercevoir que le monde n’est pas en soi impur ou souillé, prendre conscience que Dieu ne fait pas de différences entre les hommes et qu’il veut être le Seigneur de tous. Quelle richesse si notre Eglise (c’est-à-dire “nous“) trouvait à prendre sa place dans les réseaux où les hommes sont en recherche ! Alors sa parole, humblement exprimée parmi d’autres, trouverait une réelle crédibilité. A toujours vouloir parler d’ailleurs ou d’en haut, ne risque-t-elle pas l’incompréhension et le rejet ?

Comme hier à Pierre, des signes nous sont aujourd’hui adressés. Ils nous invitent à d’autres rapports, ceux dont parle l’apôtre Paul : « Je le dis à tous et à chacun : ne vous surestimez pas au-delà du raisonnable ; au contraire considérez-vous avec mesure, selon la part de foi que Dieu a donnée à chacun. En effet, par exemple, nous avons plusieurs membres en un seul corps et ces membres ont différentes fonctions ; de même à plusieurs nous formons un seul corps en Christ, membres les uns des autres, chacun pour sa part doté de capacités différentes selon le don de Dieu. » Rm 12,3-6.

Ensemble, unis, solidaires, quelque chose de plus grand que nous, nous habite et nous soulève. Il y a comme un surcroît de vie et d’amour qui fait éclater nos étroitesses. Vivre, c’est ainsi être renouvelé, enrichi, stimulé par les innombrables rencontres quotidiennes. Nous avons hâte de retrouver nos rencontres en Eglise. Ce temps nous a fait comprendre combien nous en avons besoin. Mais ce n’est pas pour reprendre “comme avant“, c’est pour que cela soit une avancée pour chacun et pour tous, au service de la mission qui nous est confiée tous ensemble. Ouvrons- nous largement à l’Esprit pour cela !...

Alain Patin
alain.patin chez libertysurf.fr

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Contacts locaux