ACO France - Action catholique ouvrière
https://acofrance.fr/DANS-UN-MONDE-EN-GESTATION?lang=fr
      Dans un monde en gestation

Dans un monde en gestation

L’été s’installe et petit à petit on s’aperçoit que ce monde d’après, que certains voyaient porteur de tant de promesses, s’ouvre sur des défis majeurs à relever.


La période qui s’annonce semble plutôt être marquée par le retour d’une rapacité économique et par la régression sociale.
Dans notre pays un certain nombre de grandes entreprises profitent des circonstances pour réduire leur personnel. Sans être toutes en difficulté elles procèdent, pour certaines, à des ajustements financiers au détriment de leurs salariés.

Au-delà de ces grandes entreprises, c’est également toute une chaîne de
sous-traitance maillant notre territoire qui est mise à mal. Derrière les grandes marques de l’automobile, de l’aéronautique… ce sont les emplois de ces nombreuses petites entreprises que nous connaissons tous dans nos régions qui sont menacés. Dans ce contexte, des territoires se mobilisent. Des citoyens et des élus locaux s’engagent aux côtés des salariés.

Loin de répondre à ces attentes, le gouvernement promet déjà d’agir avec… la réforme des retraites. La perte de centaines de milliers d’emplois (près d’un demi-million d’emplois ont déjà été perdus en cette première partie de l’année) ne semble pas être un enjeu suffisamment important pour un État, pourtant actionnaire dans
une partie de ces grands groupes, aujourd’hui arc-bouté dans une posture
idéologique.

Une responsabilité citoyenne

À côté des enjeux sociaux, une autre réalité doit nous interpeller comme citoyen. Pour des raisons économiques notre pays est actuellement un des acteurs de la guerre qui se livre au Yémen, un conflit peu médiatisé qui a pourtant été qualifié de « pire catastrophe humanitaire au monde » par l’ONU. Cette guerre qui a déjà fait 230 000
morts a également favorisé la propagation, tour à tour, du choléra puis de la Covid-19. En toute opacité, la ministre des Armées a été auditionnée en juillet 2020 par la commission de la Défense nationale de l’Assemblée nationale, sur les ventes d’armements à l’Arabie Saoudite et aux Émirats Arabes Unis, pays engagés au Yémen dans l’opération ironiquement dénommée « Restaurer l’espoir ». Aucune organisation de défense des Droits de l’homme n’ayant pu y participer, l’implication de notre pays ne semble pas devoir nécessiter de débat. Dans le même moment, des soldats saoudiens sont formés à Commercy, dans la Meuse, sur un site mis à disposition par le ministère de la Défense.

Comment assumer notre responsabilité face à cette situation ? Comment, comme citoyen, être capable de refuser que, en notre nom, et uniquement pour des raisons économiques, notre pays se retrouve impliqué dans ce conflit ? Avons-nous encore la capacité de dire que l’on ne crée pas de l’emploi en semant la mort ?

Engagés dans ce monde, comme citoyens et comme croyants, nous devons aujourd’hui encore poser des actes qui témoignent de notre espérance.

« La création a été soumise au pouvoir du néant… pourtant, elle a gardé l’espérance
d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu. » (Rm 8, 19-21) •

Sylvain Knittel

596_Opinion

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Contacts locaux