ACO France - Action catholique ouvrière
http://acofrance.fr/Vers-Paques-129
      Faites du 1er Mai un autre monde

Faites du 1er Mai un autre monde

La grâce de notre mouvement est de partir de récits de vie. En ce premier mai, jour de fête pour les travailleurs, ils nourrissent mon Espérance.


Parole donc aux salariés pris au piège de la course au profit. Ceux-là
devaient reprendre le travail avec la nouvelle société sous traitante.
Le patron les a laissés sur le carreau en bafouant leurs droits.
« S’engage alors un combat où l’usure essaie d’avoir le dernier mot, et voilà que vous, amis travailleurs, vous tenez bon. Vous refusez d’être écrasés. Dans ce combat d’hommes face à la finance, vous êtes les plus grands parce que vous vous faites exister les uns les autres, dans la dignité de ceux qui ne baissent pas les bras », leur disaient les copains présents gratuitement auprès d’eux.
Parole donc aux routiers, aux ouvriers des abattoirs ou des industries dont les emplois sont menacés. Parole aux travailleurs privés d’emploi et à leur famille. « Son mari au chômage, elle fait des ménages. À cause de la précarité, elle ne peut plus prendre de mutuelle, aussi elle hésite à aller chez le médecin ».
Nous entendons leur indignation. Plus nombreux de jour en jour… ils seraient responsables de leur chômage ?

Rompre les silences


Notre monde est rude et doit le rester, dit-on, pour le profit de quelques-uns dont les fortunes sont bien à l’abri des regards dans les paradis fiscaux… Il faut rompre le silence ! Ceux qui volent les États et les salariés doivent être démasqués.
Un autre silence m’interpelle. C’est celui des personnes qui ne manifestent plus, ne votent plus, ne réagissent pas publiquement, s’écrasent au boulot. N’attendent-ils plus rien ?
Sont-ils trop atteints pour ne pouvoir réagir ? Nous ne pouvons rester là sans tendre l’oreille, sans faire les premiers pas.
L’ACO ouvre mon regard. Cela ne change pas la réalité d’un coup de baguette magique mais, par petites touches, un autre monde apparaît. Il est soutien à une amie malade. Il est attention à un collègue en difficulté. Il est organisation dans un quartier pour la réhabilitation de logements. Il est présence auprès de sans-papiers venus ici en quête d’avenir. Avec l’ACO, nous soutenons le combat pour le salaire vital
des ouvriers victimes du ‘toujours moins pour les salaires’ en Asie, au Maghreb.
Leur parole nous provoque aussi à l’action ici pour faire pression sur les donneurs d’ordre, les rendre responsables ; et combattre ce ‘toujours moins pour les salaires’ qui empêche, ici aussi, de vivre décemment. Ce monde nouveau, nous ne lui donnons pas de limite, mais il a la faiblesse et la fragilité des rapports de forces d’aujourd’hui.

Un autre monde est possible, les solidarités vécues en sont le signe, la manifestation.

Notre engagement est aussi expression de notre foi. Parce que l’amour de Dieu est plus fort que tout, la mort n’a pas le dernier mot. Dans cette lutte pour l’amour, Jésus donne sa vie pour le Royaume déjà présent. Il y est fidèle jusqu’au bout et Dieu le ressuscite. Nous nous appuyons sur la parole des premiers disciples et sur leurs rencontres du Christ-Ressuscité pour nourrir la confiance. Les rencontres avec les travailleurs, qui permettent ces paroles reprises, sont imprégnées de cette conviction : nos propres morts et impasses sociales n’auront pas le dernier mot. L’Esprit de Pentecôte nous en donnera le souffle nécessaire pour atteindre le Royaume.•
Pascal Fouque,
le 21 avril 2015

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Contacts locaux