ACO France - Action catholique ouvrière
http://acofrance.fr/Rentrer-repartir-s-engager
      Rentrer, repartir, s’engager

Rentrer, repartir, s’engager

Inégalités sociales grandissantes, épisodes météo “extrêmes”…. Plus que jamais, nous sommes appelés à nous engager pour rendre notre Terre habitable par tous.}


Septembre. Mois de rentrée et de reprise a-t-on pour coutume de dire et d’écrire. Mais derrière la routine des mots, peut-être pouvons-nous aussi entendre un appel, un désir de repartir, de recommencer. Non pas pour continuer la même chose, mais pour faire du neuf, s’ouvrir aux défis, à la nouveauté. Un peu comme l’enfant qui découvre sa nouvelle classe, de nouveaux copains et copines, un nouvel ou une nouvelle enseignante. Faire du neuf… Il y a à peine quelques mois, la Rencontre nationale de l’ACO nous lançait d’ailleurs cette invitation : « Inventons demain ». Les membres de notre mouvement n’entendent en effet pas demeurer spectateurs face aux évolutions d’un monde traversé par des crises multiples, et dont on peut constater qu’elles laissent sur le bas-côté les plus vulnérables. Ceci alors que 1 % des plus riches ont empoché 82 % des richesses créés en 2017, comme le rappelait le rapport Oxfam en début d’année. Ce même rapport pointait comme cause première de cette progression des inégalités : le choix de maximiser les dividendes des actionnaires tout en réduisant les dépenses liées aux rémunérations du travail et à la réponse aux besoins sociaux. Dans la fournaise caniculaire de l’été, nous apprenions d’ailleurs que les dividendes mondiaux atteignaient des records (près de 500 milliards de dollars) et notamment en France.

Crise environnementale, crise sociale

Les épisodes caniculaires de cet été - dont les spécialistes estiment qu’ils risquent d’être de plus en fréquents et intenses, de même que les autres épisodes météo “extrême“ du fait du réchauffement climatique - montrent aussi l’urgence de sortir d’une logique économique de production et d’accumulation insensée, qui ne tient pas compte des hommes et de son environnement. Déjà, on voit que les conséquences de ce réchauffement touchent d’abord les populations les plus pauvres et plus fragiles, celles qui n’ont pas les moyens d’y faire face.
Pour autant, si toutes ces crises (économiques, environnementales, migratoires…) inquiètent, elles sont aussi sources de prises de conscience. Des hommes et des femmes cherchent des solutions pour produire et consommer autrement. Des nouvelles formes de mobilisations, à l’exemple d’Alternatiba , popularisent d’autres modes de vie, plus sobres et surtout plus solidaires que ceux imposés par le modèle dominant. Au sein des organisations syndicales, politiques issues du mouvement ouvrier aussi se cherchent des voies nouvelles pour transformer la société vers un monde plus juste, plus fraternel. Un livre paru l’an dernier, Plaidoyer pour un nouvel engagement chrétien , rédigé par trois jeunes chercheurs invitait à explorer trois voies d’engagement : se libérer de l’emprise des logiques financières, préserver la planète pour une Terre habitable pour tous et développer une politique de l’hospitalité. Quelques idées qui entrent certainement en résonance avec le choix de l’ACO de permettre à chacun « d’être acteur de sa vie, dans le monde » comme le suggère la résolution de notre RN, Avance au large et jetez vos filets.

Bruno Cadez
Le 23 août 2018

Opinion 585

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Contacts locaux