ACO France - Action catholique ouvrière
http://acofrance.fr/Pour-une-Europe-de-la-justice-sociale?lang=fr
      Pour une Europe de la justice sociale

Pour une Europe de la justice sociale

Manifeste du MTCE pour les élections européennes

Dans la perspective des élections européennes Le Mouvement des travailleurs chrétiens en Europe (MTCE) publie un Manifeste regroupant les principales revendications du mouvement en matière de politique européenne. Comme chacun des mouvements nationaux, l’ACO est invitée à le diffuser et à il’utiliser pour interpeller les différent candidats à l’élection.


Le MTCE (Mouvement des travailleurs chrétiens en Europe) est une coordination des mouvements de travailleurs chrétiens de 10 pays européens, luttant pour une Europe de la justice sociale, fondée sur l’Evangile et la doctrine sociale de l’Église. En vue des élections au Parlement européen, qui se dérouleront du 23 au 26 mai 2019 (dimanche 26 mai pour la France), nous présentons nos principales revendications. De cette manière, nous assumons notre responsabilité en tant que citoyens de l’Union européenne (UE) en présentant notre point de vue de travailleurs chrétiens.

Le critère de toute action politique

Le fondement de nos positions est la dignité de chaque personne, ainsi que notre condition de filles et de fils de Dieu. La politique, à tous les niveaux, doit protéger cette dignité et la promouvoir. Pour les chrétiens, c’est une exigence de l’Évangile.

Conséquences et suggestions

Nous considérons les demandes suivantes, d’une importance vitale pour le développement de nos sociétés dans le contexte européen :

• La dimension sociale de l’UE doit contraindre les États membres à rendre justice à tous les êtres humains, à partir de leurs préoccupations et de leurs besoins. Plus de 120 millions de personnes en Europe risquent de sombrer dans la pauvreté et l’exclusion sociale. La dignité de chacune de ces personnes exige une réponse urgente.
• Comme le suggère la Commission sociale de la COMECE (Commission européenne des conférences épiscopales) dans son document de novembre 2018, "Modéliser l’avenir du travail", nous demandons que tous les efforts soient déployés pour configurer le travail selon les critères de la dignité humaine (conditions de travail équitables, revenus décents, horaires de travail équilibrés), durabilité (assumer notre responsabilité par une action écologique), cogestion par le dialogue social et participation de tous au processus de travail.

Nous proposons

• La création et le maintien d’emplois décents, sûrs et stables, en tant qu’objectif prioritaire de l’agenda politique, car les contrats de travail précaires empêchent, en particulier, les jeunes générations, de se projeter dans la vie.
• La garantie d’une protection sociale et des droits du travail clairs pour tous, y compris les "faux travailleurs indépendants".
• La fin de l’inégalité de rémunération entre hommes et femmes pour un même travail.
• Que l’Union européenne établisse des normes pour atténuer les pires formes de pauvreté, subies par un nombre croissant de citoyens. Une protection sociale adéquate est le meilleur moyen de lutter contre le nationalisme xénophobe et le populisme.
• Formation continue, notamment dans le domaine de la numérisation, afin de pouvoir accéder plus facilement au travail.
• Que les périodes de repos et la conciliation de la vie professionnelle avec la vie familiale soient garanties. Le dimanche est une condition indispensable à une vie de famille satisfaisante.
• Adopter des mesures urgentes pour protéger l’environnement. Le concept de croissance quantitative doit être remplacé par celui de croissance qualitative.
• Une plus grande justice fiscale garantissant la redistribution et l’équité, combattant la pauvreté et offrant des possibilités à tous les citoyens, en introduisant une taxe sur les transactions financières.
• Prendre des mesures efficaces pour que les banques et les bourses soient au service du bien commun et pour que les pertes ne soient pas redistribuées entre tous, alors que les avantages restent entre les mains de quelques-uns.
• Que l’UE et ses États membres réagissent à la situation difficile des réfugiés, organisent leur répartition équitable par pays, légalisent la migration et adoptent des mesures concrètes afin de lutter contre les causes de celle-ci. La dignité humaine a une valeur universelle et une politique de rejet ne rend pas justice à notre condition de fils et de filles de Dieu.
• Valoriser et promouvoir l’engagement d’une société civile active, informée et organisée, générant ainsi des valeurs et des attitudes permettant de consolider la démocratie. Nous demandons que soit encouragée la participation active de tous les citoyens à l’élaboration des choix politiques et à la prise de décision.

Avec cette déclaration, nous voulons contribuer à la construction de l’Europe qui tienne compte de la situation et de la réalité concrète de chacune et chacun. Nous voulons contribuer à l’élaboration d’un discours politique et social basé sur la paix, le dialogue et la coopération.

Bruxelles, mars 2019

En savoir +

Vous pouvez télécharger ce texte en pièce jointe.
Il est accompagné d’un document plus long, développant l’analyse du MTCE sur l’Union européenne et pouvant servir de base, par exemple, à des temps de formation.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?



Autour de nous

Contacts locaux