ACO France - Action catholique ouvrière
http://acofrance.fr/Journee-d-action-des-EHPAD
      Journée d’action des EHPAD

Journée d’action des EHPAD

Déclaration de Geneviève Milon - CGT

De nombreux membres de l’ACO ont participé aux manifestations de janvier avec les travailleurs en EHPAD. L’un d’entre a recueilli la déclaration de Geneviève Milon de la CGT.


VMC ?
Dans le langage soignant, cela signifie Visage/Mains/Cul, c’est le protocole de la toilette pour gagner du temps ( 7mn) en moyenne pour une toilette.
Chronométrer un temps de prendre soin ? Comment est-ce possible ? Une douche par semaine, mais pas de façon systématique, pas de toilette lors des changes, brutalité avérée lors des transferts, plus vite, toujours plus vite, encore plus vite…

Bien sûr pas de discours inutile, ni d’écoute, c’est perdre son temps et cela n’est pas quantifiable en terme de rémunération. Incontinence et tutelle quasi systématique dès la prise en charge : « pas le temps, pas le temps, vous n’êtes pas toute seule.

Le recrutement est ciblé vers les professionnelles non formées, contrats précaires, non motivation par manque d’informations et de connaissance du public. Ces empois concernent les femmes : « elles ne méritent que ça, elles ne sont pas bonnes à autre chose, c’est déjà bien qu ‘elles puissent travailler « . Nous puisons dans le vivier des femmes que l’on condamne à l’obscurantisme et à la soumission, une méconnaissance du citoyen semble avéré en ce qui concerne les fiches de postes.

Les métiers demandent énormément de valeurs humaines, de disponibilités, d’écoute, de patience, d’adaptation, d’investissement personnel, de réflexion, de formation (validée par un diplôme d’État) face aux situations et aux problématiques rencontrés. Les Personnes âgées vivent quelquefois dans des conditions d’hygiène frisant l’insalubrité ou même leur survie est mise à mal, voire en péril.

Les réponses après signalement sont : « mais les personnes vivent de cette manière, c’est leur choix, c’est culturel ».*Je vous laisse imaginer les conséquences…

Le monde des acronymes facilite les langages codés, le règne de la non communication perceptible, nous masquons la compréhension des faits, des actes, des actions par des sigles : « CLIC, SSIAD, SAD, CCAS, EHPAD, APA, etc... »Nous perdons la conscience, la réflexion. Banaliser l’humain permet de mettre en place des interventions plus rapides. Pas de contact, pas d’attachement, pas d’empathie, le bon professionnel est celui qui agit sans se poser des questions, sans analyser ses pratiques : faire pour faire. Produire et gagner du temps. Faire fructifier le tiroir caisse, tel est l’objectif. Nous sommes dans une maltraitance indigne d’un pays civilisé, nous les malmenons, nous agissons à leur place pour aller plus vite, nous ne respectons pas leur autonomie, ni leur dignité, ni leurs choix, ni leurs réels besoins, ni leurs attentes. Il faut produire§ Les soins médicaux sont expédiés. A plus de soixante quinze ans : « ils ont déjà bien vécu » « pourquoi vivre plus ».

Le turn-over est assuré, nous sommes une population vieillissante, le public ne fera qu’augmenter. Il faut rentabiliser cette manne au maximum. A terme, tout simplement, les vieux doivent disparaître , ils vivent hors du temps…
Le vieux, c’est le contraire du top, du méga chouette optimiste !!
Leur place est ailleurs, c’est le frein pour l’avenir de nos jeunes.

Les vieux, nous les appelions de cette manière sans connotation péjorative, mais nous prenions soins de nos anciens. Aujourd’hui, ils ne sont que source de gain. Mais le pire, ils ne parlent pas, ne se plaignent pas, jamais. Mais nous les stigmatisons, nous les jugeons. Ils coûtent chers, par contre nous oublions qu’ils rapportent des millions aux EHPAD privés, aux entreprises des repas à domicile, aux aaasociations d’aide à domicile, aux entreprises de télé surveillance et alarmes, aux investisseurs des résidences seniors, aux laboratoires pharmaceutiques, aux instituts de chirurgie esthétique, au marché du matériel médical, à la parapharmacie, aux maisons médicales et bien sûr à l’État.

« Le vieux, ça pue, ça pisse, ça chie, c’est lent, c’est chiant. » Voilà les clichés et l’image sociétale colportés et renvoyés en boucle à nos anciens !
Comment les futures générations se construiront sans le passge des valeurs, des expériences, etc.

Jacques Brel l’exprimait avec tant d’émotions : « les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux ».
Télécharger

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?



Autour de nous

Contacts locaux