ACO France - Action catholique ouvrière
http://acofrance.fr/Chine-repression-contre-des-travailleurs-et-des-etudiants
      Chine : répression contre des travailleurs et des étudiants

Chine : répression contre des travailleurs et des étudiants

Parce qu’ils se mobilisent pour leur conditions de vie et de travail et défendre leur droit, notamment celui de se syndiquer, des travailleurs chinois et les étudiants qui les soutiennent font l’objet d’une répression sans précédent depuis plusieurs années. Nous relayons l’appel exigeant leur libération et invitons à faire connaître cette répression. Nous vous suggérons par exemple de vous photographier en tenant devant vous les photos des personnes disparues (jointes avec ce texte) et publier ces photos sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram...) Engagée pour un travail décent, l’ACO se place du côté des travailleurs qui défendent leurs droits à travers le monde.


En mai 2018, des ouvrières et les ouvriers de Shenzhen Jasic Technology, entreprise de production d’équipements de soudage lançaient la création d’un syndicat en Chine, obtenant la permission de créer un des syndicats affiliés à l’ACFTU (All China Federation of Trade Unions). Toutefois, en juillet, l’entreprise a licencié ces ouvriers, la police les a physiquement attaqués et en a arrêté certains.

Le 27 juillet, le gouvernement arrêtait 29 ouvrières et ouvriers de Jasic ainsi que leurs soutiens, en les accusant de « troubles à l’ordre public », une accusation pénale souvent utilisée par le gouvernement pour réprimer les manifestations. En réponse, des étudiant.e.s et des ouvrier.e.s ont créé un groupe de soutien et publié des lettres ouvertes sur les médias sociaux chinois pour exiger la libération de toutes les personnes détenues et le respect du droit des travailleurs de se syndiquer. Depuis, des étudiants et des travailleurs ont voyagé dans le Guangdong pour soutenir les ouvriers en manifestant devant le commissariat où ils et elles étaient détenus et ont organisé des actions pour attirer l’attention du public.

Faire connaître cette répression

Le 24 août, des agents de la police anti-émeute, avec tout leur équipement et leurs boucliers, ont fait irruption dans l’appartement de Huizhou où les membres du groupe de soutien logeaient et ont emmené plus de 50 étudiant.e.s et travailleur.se.s. Le même jour, deux représentants de travailleur.se.s. et deux militants qui soutenaient cette cause ont été arrêtés à Pékin.

Les 9 et 11 novembre, la police a lancé une nouvelle opération d’arrestations massive de membres du groupe de soutien aux ouvrier.e.s de Jasic et de militant.e.s ouvrier.e.s. 12 étudiant.e.s et travailleur.se.s ont été victimes de disparitions forcées à Pékin, Shanghai, Canton, Shenzhen et Wuhan. Cinq de ces disparu.e.s sont des diplômés de l’université de Pékin. Zhang Zhenye, un jeune diplômé membre du groupe de soutien de Jasic, a été tabassé et emmené de force dans une voiture sur le campus même de l’Université de Pékin. Un militant ouvrier et trois travailleurs ont été enlevés à Canton. Deux fondateurs de Qing Ying Dreamworks, un centre social légalement enregistré auprès des autorités locales à Shenzhen sont également victimes de disparition forcée.

Il s’agit de la répression la plus sévère contre les étudiant.e.s et les ouvrier.e.s en Chine ces dernières décennies.

4 ouvriers ont été accusés au pénal et sont en attente de procès depuis juillet
Aucun avocat n’a pu être présent aux interrogatoires subis par 5 militant.e.s étudiants depuis le mois d’août
2 militant.e.s étudiants sont toujours porté.e.s disparu.e.s depuis le mois d’août ; 10 autres étudiant.e.s et ouvrier.e.s sont victimes de disparition forcée depuis le 9 novembre

- Nous appelons les autorités chinoises à relâcher immédiatement toutes les personnes arrêtés et les victimes de disparition forcée
- Nous exigeons qu’elles ne soient pas victimes de torture pendant leur détention et qu’elles aient un accès régulier à leurs familles et les avocats de leur choix
- Nous exigeons la fin des attaques physiques, des menaces, et des disparitions forcées à l’encontre de tous les travailleur.ses. et militant.e.s étudiants du pays.

Liste des personnes détenues/disparues/en résidence surveillée depuis juillet 2018 à la suite du mouvement de grève de l’usine JASIC

1. MI Jiuping米久平, M, ouvrier de JASIC, accusé au pénal et en attente de procès depuis juillet
2. YE Juncong余浚聪, M, ouvrier de JASIC, accusé au pénal et en attente de procès depuis juillet
3. LIU Penghua刘鹏华, M, ouvrier de JASIC, accusé au pénal et en attente de procès depuis juillet
4. LI Zhan李展, M, ouvrier de JASIC, accusé au pénal et en attente de procès depuis juillet
5. FU Changguo, M, employé du Dagongzhe Worker Centre, arrêté en août, accusé de « troubles à l’ordre public », toujours en attente de procès
6. GU Jiayue顾佳悦, F, diplômée de l’université de Pékin, en résidence surveillée depuis août
7. XU Zhongliang徐忠良, M, diplômé de l’université des Sciences et Technologies de Pékin, en résidence surveillée depuis août
8. YUE Xin岳昕, F, diplômée de l’université de Pékin, victime de disparition forcée depuis août
9. ZHENG Yongming郑永明, M, diplômé de l’université d’agriculture de Nankin, en résidence surveillée depuis août
10. YANG Shaoqiang, M, diplômée de l’université de Sciences e Technologies de Pékin, en résidence surveillée depuis août
11. SHEN Mengyu沈梦雨, F, diplômée de l’université Sun Yat-Sen de Canton, victime de disparition forcée depuis août
12. SHANG Kai 尚恺, H, rédacteur du site “Chine rouge” arrêté dans les bureaux du site le 24 août
13. TANG Jialiang 唐家梁, H, diplômé de l’université de Pékin en Master à l’Institut de Technologie de Pékin, arrêté sur le campus en septembre
14. LIANG Xiaogang梁晓刚, M, militant ouvrier, arrêté à Shanghai le 9 novembre
15. HE Pengchao 贺鹏超, M, Diplômé de l’université de Pékin, fondateur du Qing Ying Dreamworks Social Worker Center arrêté à Pékin le 9 novembre 2018
16. WANG Xiangyi 王相宜, F, diplômée de l’université de Pékin, fondatrice du Qing Ying Dreamworks Social Worker Center, arrêté à Shenzhen le 9 novembre 2018
17. KANG Yanyan康妍妍, F, employée du Qing Ying Dreamworks Social Worker Center, arrêtée à Shenzhen le 9 Novembre 2018
18. JIAN Xiaowei 简小薇, F, employée du Qing Ying Dreamworks Social Worker Center, arrêtée à Shenzhen le 9 Novembre 2018
19. WANG Xiaomei 王小妹, F, employée du Qing Ying Dreamworks Social Worker Center, arrêtée à Shenzhen le 9 Novembre 2018
20. HOU Changshan侯长珊, F, employée du Qing Ying Dreamworks Social Worker Center, arrêtée à Shenzhen le 9 Novembre 2018
21. HE Xiumei何秀梅, F, soutien du Qing Ying Dreamworks Social Worker Center, arrêtée à Shenzhen le 9 Novembre 2018
22. ZOU Liping邹丽萍, F, employée de syndicat de base, arrêtée à Shenzhen le 9 novembre
23. LI Ao李奥, H, employé de syndicat de base, arrêté à Wuhan le 9 novembre
24. ZHANG Shengye 张圣业, M, diplômé de l’université de Pékin, arrêté à Pékin le 9 novembre
25. SUN Min 孙敏, F, diplômée de l’université de Pékin, arrêtée à Canton le 9 novembre
26. ZONG Yang 宗扬, M, Graduate of Peking University, arrêté à Pékin le 9 Novembre
27. ZHENG Yiran (鄭伊然), F, diplômée de l’université des langues étrangères de Pékin, arrêtée à Pékin le 9 Novembre
28. LÜ Daxing 吕大兴, M, diplômé de l’Université des Sciences et Technologies de Nankin, arrêté le 9 novembre à Pékin
29. LI Xiaoxian 李笑仙, F, diplômée de l’université de médecine chinois de Nankin, arrêtée à Pékin le 9 novembre 2018
30. TANG Xiangwei 唐向伟, M, représentant ouvrier, ancien ouvrier de JASIC, arrêté à Wuhan le 11 Novembre
31. ZHENG Shiyou 郑时友, M, militant ouvriers arrêté à Wuhan le 11 Novembre

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Votre réaction

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?



Autour de nous

Contacts locaux